fbpx
Quelles sont les sources du conflit au travail et quelles sont les pistes d'amélioration pour y faire face ?

Conflit au travail, comment réagir?

Il n’est pas rare en séance que vous abordiez ce sujet.

Les relations au travail sont loin d’être un fleuve tranquille, c’est vrai !

Mais, pour peu que vous vous sentiez singulier, décalé, que vous ayez des points de vue différents, que vos valeurs soient fortes, alors il y a une plus grande probabilité que vous viviez des conflits au travail.

Voici quelques pistes pour réagir face à ces conflits, et même éviter d’y entrer.



Les conflits relationnels au travail toucheraient davantage les personnes hypersensibles, hp ou multipotentiel : mythe ou réalité ?


En fait, les leaders atypiques m’évoquent assez régulièrement leurs relations

avec leurs collègues. S’il ne s’agit pas forcément d'un conflit ouvert, celui-ci peut être latent, et devenir un conflit bien plus ennuyeux.


Y aurait-il des spécificités qui vous amènent plus fréquemment à faire face à des conflits avec vos collègues, à vivre des tensions interpersonnelles ?


Loin de moi l’idée de penser que vous aimez créer des conflits au travail.

Au contraire, vous évoquez généralement la peur du conflit. Pourtant, cela fait partie de vos préoccupations régulièrement évoquées. Alors que se passe-t-il ?

Je vous propose d'explorer ensemble les trois sources de conflit possibles, avant de vous proposer quelques pistes pour les éviter.


  • Une première source de conflit assez récurrente est lié à l'attachement très fort à vos valeurs


Les valeurs, ça vous connait ! Injustice, bienveillance, solidarité, équité (…) : la liste est longue. Vous êtes plutôt prompt à défendre les minorités, les différences (évidemment !) et lutter contre tout ce qui semble être une injustice à vos yeux.

Lorsque l’une de ces situations se présente, cela éveille possiblement deux réactions à la source d'un potentiel conflit.


  • Vous lancez une phrase d’amorce qui éveille chez votre interlocuteur une tension : le cynisme ou l’humour décalé dont vous faîtes preuve ne sont pas toujours vos meilleurs conseillers, n'est-ce pas ?

  • Ou vous vous mettez en retrait et le refus que vous manifestez clairement peut être vécu comme le premier signal d’un conflit à venir.


Quelles sont les sources du conflit au travail et quelles sont les pistes d'amélioration pour y faire face ?

  • Une seconde explication à cette dynamique du conflit se trouve dans votre quête de sens

 

Votre besoin de sens est un marqueur fort lui aussi de votre identité. Quitte à apparaître comme un empêcheur de tourner en rond, ou comme un rebelle, vous posez toutes les questions jusqu'a obtenir des réponses satisfaisantes, et vous refuser tout règlement que vous jugez absurde.

Mais face à un responsable hiérarchique, dont le management est à tendance plutôt autocratique, cela amène des tensions qui peuvent déboucher sur un terrain conflictuel.



  • Les émotions au cœur de votre réacteur

 

Les émotions vous embarquent rapidement. Vous les ressentez souvent plus fortement que la moyenne ; le risque c’est alors qu’elles vous fassent paraître comme à fleur de peau, épidermique voire agressif.

Cette difficulté lié à votre mode de fonctionnement génère chez vous bien naturellement des frustrations et peut même vous amener à paraître agressif.

Si vous souhaitez creuser ce sujet en particulier, je vous invite à regarder ma vidéo Bien vivre son hypersensibilité au travail.

3 pistes pour éviter les conflits relationnels au travail


  • D’abord rester qui vous êtes !


Il ne s’agit pas de changer ou de modifier votre belle personnalité. Une piste intéressante me semble donc d’assumer pleinement qui vous êtes et de reconnaître votre difficulté à gérer ces situations difficiles, à méconnaître certains codes relationnels qui vous échappent complètement.

Une chose est de disposer d’un potentiel, une autre est d’en avoir la maîtrise . Dit autrement : être aux commandes d’un bolide n’empêche pas les sorties de route.



  • S’inspirer des principes de la communication non violente pour faire part de vos besoins de sens, de clarification

En résumé parler en Je ( le tu tue), exprimer votre émotion et votre besoin pour ensuite formuler votre demande.

Encore une fois, la communication non violente est l’outil royal pour désamorcer l’agressivité, éviter de s’engager dans un conflit souvent consommateur d'énergie.




Face à une situation difficile à gérer, l’affectif est bien mauvais conseiller, je ne vous l’apprends pas ! Alors, si vous sentez arriver ces situations potentiellement conflictuelles, je vous invite à vous brancher sur les signaux de votre corps. Il sait décoder souvent bien avant votre tête : palpitations, chaleur, suées sont des indicateurs.

En prenant ce temps d’écoute corporel, vous vous mettez en recul de cette situation conflictuelle, et surtout, vous ne laissez plus vos émotions vous embarquer dans des situations difficiles à gérer par la suite.

Enfin je terminerai en vous rappelant trois éléments que nous apprennent les formations sur la gestion des conflits :


  • Le conflit est parfois inévitable. Il est le reflet de l’expression de points de vue différents ! En cela, il peut-être aussi salutaire.


  • Un conflit est souvent lié à un problème non résolu. Autorisez-vous donc à dire les choses avant que les conflits ne surviennent.
  • La meilleure issue d'un conflit est de trouver une stratégie gagnant-gagnant. Vous avez certainement raison sur la vision des choses, mais laissez aussi à votre interlocuteur la possibilité de trouver une issue positive pour lui.

Retrouvez le contenu de cet article en vidéo sur ma chaine YouTube.

Si vous aussi vous souhaitez des relations au travail plus apaisées et sereines, j’aurai grand plaisir à vous offrir un temps d’échange.

Pour cela, prenez rendez-vous dans mon agenda, nous verrons ensemble comment je peux vous aider.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *