J'ai choisi de ne plus utiliser ce mot

J’ai choisi de ne plus utiliser ce mot

 

J'ai choisi de ne plus utiliser ce mot

J’ai choisi de ne plus utiliser ce mot

Certains d’entre vous l’ont peut-être remarqué, il m’arrive de plus en plus fréquemment d’utiliser le terme de singularité.

Comme nombre d’entre nous, j’ai longtemps composé avec la formulation « haut potentiel ».

Mais mon cheminement me pousse aujourd’hui à m’éloigner de ce terme sur-employé, parfois mal employé. Je trouvais intéressant de vous partager :

1. Pourquoi la notion de « haut potentiel » me convient moinsécharpe en tricot pour bébé erlich bademode vincha sexy sbelt hypervenom nike acc nike survetement erlich bademode chia seeds benefits for women superfit galaxy black stetson hat best jordans bolsos vuitton cochecitos jane rosenthal landscape adidas nmd girls quest salomon aujourd’hui

2. Qu’est-ce que j’entends par singularité ? 

3. Et enfin, pourquoi nous devons renoncer à la « normalité » pour embrasser notre singularité 

 

1. Pourquoi la notion de «haut potentiel » me convient moins ?

Aujourd’hui, je suis prête à partager avec vous cette réflexion qui m’anime depuis quelque temps.

Qui à force de dialoguer avec ma petite voix intérieure, est en train de prendre une toute autre ampleur et m’invite à une vraie inflexion dans mes prises de parole.

Et comme, mon cœur m’invite à un changement de vocabulaire… j’ai décidé de l’écouter pleinement !

Je m’explique :

Depuis un moment déjà, les termes « hypersensibilité, haut potentiel, haut potentiel intellectuel, haut potentiel émotionnel, zèbre, surdoué, etc » et leur usage me posent question.

Pas dans leur définition, ni dans la clarté que ces mots ont apporté à de nombreuses personnes qui s’y reconnaissent.

Non, c’est plutôt dans la façon qu’ont certains de se les approprier et de les placarder comme un étendard, parfois même avant de vous avoir dit Bonjour.

🔎 Il y a quelques semaines, je participais à un atelier collectif sur l’Analyse Transactionnelle, où je ne connaissais personne, à part l’un des deux formateurs.

Dès le tour de présentation, plusieurs participants revendiquent haut et fort le fait d’être haut potentiel. Tout cela pour expliquer qu’ils vont se comporter de telle et telle façon durant les dix WE de formation que nous allons passer ensemble. Et que nous allons devoir « nous y faire »..

En entendant cela, je ressens une forte émotion, proche de l’agacement à constater que ces personnes posent d’emblée leur haut potentiel comme partie prenante de la relation que nous allons nouer dans cet atelier.

Comme un fait acquis.

Comme un incontournable.

Et comme un justificatif à leur mode de fonctionnement.

Comme si d’emblée, les animateurs et autres participants devaient accepter que ces personnes ne vont pas répondre aux consignes. Bref qu’elles vont jouer d’emblée avec le cadre posé. 

Faisant ainsi, elles font de leur « haut-potentiel » un élément qui s’impose aux autres. 

Et cette démarche m’a paru franchement inajustée. 

En plus de m’étonner de cette sur-représentativité dans un groupe “lambda” : deux personnes sur six alors que les statistiques nous disent qu’il n’y a que 2,5 % des personnes qui seraient HP. 

Bref, je me suis pas mal interrogée, après avoir bien fulminé intérieurement. 

Vous me connaissez, quand quelque chose m’agace, j’ai besoin de comprendre pourquoi.

  • D’abord, j’ai réalisé qu’en miroir, leur positionnement très affirmé me déstabilisait : à l’inverse d’elles, j’ai souvent eu le sentiment de toujours faire des (gros) efforts pour m’adapter aux autres et ne pas faire peser le poids d’un trait de ma personnalité.

Au risque de me sur-adapter tout le temps et ne pas assumer pleinement qui j’étais pendant longtemps.

 

  • Et cette question m’a ramenée au chemin que je traverse depuis quelques temps sur ces étiquettes autour de la douance. 

▶️ Le mot « haut potentiel » et tout le vocabulaire qui gravite autour me dérangent dans le brouhaha qui est fait à ce sujet désormais.  

Celles et ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que j’ai toujours refusé d’entrer dans les moules.

Je n’aime pas les étiquettes, quelles qu’elles soient.

Je n’aime pas être enfermée et je sais que je ne suis pas la seule.

J’ai toujours trouvé les cases trop exigües.

Pourquoi être étiqueté alors que nous passons notre temps à énoncer que nous ne rentrons dans aucune case ? 

Comment vouloir être inclus alors que nous ne le proposons pas aux autres ? 

Adopter d’emblée une posture haute n’est-il pas le meilleur moyen de mettre à mal la relation ? 

D’ailleurs, j’observe que les clients qui viennent me voir n’abordent jamais la question de cette façon-là. Le haut potentiel n’est pas leur porte d’entrée.

Ils arrivent touchés, interpellés par mes prises de parole, posts, articles ou newsletters. 

Ils se reconnaissent dans mes propos, mes partis pris. La revendication d’un résultat de QI est rarement posée comme telle.

Ce sont parfois des personnes, qui d’ailleurs n’ont pas toujours osé passer ce test ou n’ont pas ressenti le besoin de le faire.

▶️ Sans parler de la popularité actuelle du « haut potentiel » qui me fait fuir à toutes jambes, moi qui ai toujours détesté ce qui est « à la mode ». 

📙 Au passage, je vous recommande la lecture du livre intitulé La fabrique des surdoués, de Jérôme Pélissier, paru en 2021 aux éditions Dunod 👇

Tout d’abord, j’y ai appris que le test de QI, conçu au début du XXe siècle, a fondé ces standards sur les personnes qui réussissent à l’école, c’est-à-dire des standards plutôt académiques, classiques.

Or à l’époque, les enfants qui fréquentaient l’école étaient principalement des garçons blancs issus d’environnements bourgeois.

Ce test évalue donc en quelque sorte une intelligence, qui reflète celle de l’homme blanc, bourgeois et éduqué.

Si vous êtes une femme, noire et non issue d’un milieu social favorisé, vous avez nettement moins de chance d’obtenir un score élevé au test de QI.

Jérôme Pélissier rappelle que ce test évalue « l’intelligence », là où personne ne s’est jamais mis d’accord sur ce qu’est l’intelligence !

Posez la question à votre entourage et vous verrez à quel point les avis divergent. 

Comment espérer mesurer avec pertinence une notion indéfinie ?

Ce test évalue l’intelligence académique mais ne reflète absolument pas les autres types d’intelligence aujourd’hui reconnues.

📚 Pour celles et ceux qui veulent approfondir cette notion, je vous invite à lire les travaux d’Howard Gardner sur les 8 types d’intelligence (logico-mathématique, linguistique, kinesthésique, musicale, interpersonnelle, intrapersonnelle, visuo-spatiale et naturaliste), dont les conclusions sont parfois décriées, mais qui ont pour mérite de

nommer d’autres formes d’intelligence.

▶️ Enfin, une question impertinente me poursuit 🤔

S’il y a des hauts potentiels, où sont alors les potentiels moyens et les bas potentiels ? 

Bref, pour conclure

👉 Toutes ces réflexions m’ont amenée à chercher des termes plus justes, plus pérennes et plus harmonieux, qui n’induisent aucune idée de hauteur ou de valeur. 

Voilà pourquoi le terme de « singularité » a émergé.

Bye-bye haut potentiel, bienvenue à votre singularité !

2. Ce que j’entends par singularité

Selon moi, la singularité reflète ce qui est différent chez nous, 

  • ce qui ne peut pas être étiqueté, 
  • ce qui ne rentre pas dans une case,
  • ce qui comporte un caractère distinctif, exceptionnel, original. 

Surtout, le terme « singularité » exprime ce que les termes « haut potentiel, zèbre, surdoué » n’expriment pas : un caractère UNIVERSEL.

La singularité sous-tend que nous sommes TOUS singuliers et donc différents. Mais surtout, en me revendiquant « singulier », singulière, je n’exclus personne.

Et j’affiche d’emblée ma disposition à accepter la singularité de l’autre.

Aucun d’entre nous n’est identique à son voisin.

Pour rencontrer l’Autre, chacun va effectuer sa part du chemin :

➡️ j’accepte les différences de l’Autre,

⬅️ l’Autre accepte mes différences.

3. Renoncer à la normalité pour embrasser notre singularité

Ce dont j’ai aussi pris conscience après cet atelier, c’est que lorsque nous nous mettons à clamer haut et fort nos différences, c’est surtout le révélateur d’une part de nous que nous avons du mal à assumer. 

Comme si nous attendions des autres qu’ils nous aident à l’accepter, assumer. 

Plus la revendication est portée haut, plus le chemin de l’acceptation est encore à parcourir, me semble t-il.

Finalement, je pourrais faire l’hypothèse que tant que je revendique ma différence, c’est que je ne suis pas en paix avec la “norme”.

Or, la « normalité» est un concept qui nous éloigne de nous-mêmes et des autres.

  • La norme nous rend fous.
  • Elle exclut.
  • Elle provoque un sentiment de honte chez celles et ceux qui voudraient s’y conformer, mais qui n’y arrivent pas.
  • Et un sentiment de rébellion, de révolte, de revendication chez celles et ceux qui la refusent.

La singularité, elle, n’a pas besoin de parader ou de s’exposer ➡️ Elle se vit de l’intérieur. 

Affirmer sa singularité, c’est renoncer à être pour ou contre la norme. 

Et pour cela, je nous invite – je m’inclus parce que je suis toujours sur ce chemin – à faire la paix avec la norme, à y renoncer, tout simplement.

La norme est là, elle existe.

Elle rassure certains, et c’est tant mieux.

Mais moi, je choisis un autre chemin,

Plus escarpé, mais singulier.

Un chemin qui est le mien,

Qui parfois s’approche de la norme,

Parfois s’en écarte,

Mais qui toujours s’accorde

Avec qui je suis au plus profond de moi.


👉 Alors, qu’en pensez-vous ? Sentez-vous, vous aussi, de nouvelles opportunités qui

s’ouvrent à vous quand je vous parle de laisser de côté cette idée de normalité ? 

👉 Est-ce que cette distinction entre singularité et haut-potentiel vous a amené·e à de nouvelles réflexions ? 

🗨️ Que vous soyez d’accord avec moi ou pas, je serai ravie de recevoir vos avis sur les questions soulevées ici ou vos partages d’expérience en commentaire.

Et si vous souhaitez aujourd’hui être accompagné.e pour opérer un changement dans votre vie professionnelle centré sur les forces de VOTRE singularité, prenons rendez-vous ici et nous verrons comment je peux vous aider !

Laisser un commentaire

Logged in as IsabelleL. Log out?



Laisser un commentaire

Logged in as IsabelleL. Log out?



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *