fbpx

#Je suis hypersensible !

On dit de vous que :

Vous êtes trop sensible ?

Vous êtes un manager « trop » humain ?

Vous avez un « cœur d’artichaut » ou que vous êtes à fleur de peau ?

Un peu écorchée vif peut-être….


En clair les « autres » trouvent vos réactions émotionnelles exagérées ?


Alors peut-être faites-vous partie des 25% de la population qui sont hypersensibles.


En ce qui me concerne j’y vois aujourd’hui beaucoup d’avantages !

Mais avant ça, il a fallu parcourir tout un chemin, avec quelques embûches à franchir.


– Difficulté à recadrer certains membres de mon équipe,

– Difficulté à établir des relations avec des personnes à l’émotionnel coupé ou survolté,

Sentiment profond de décalage dans des groupes notamment,

– Incapacité à travailler dans des environnements où les valeurs sont malmenées,

– Incapacité à travailler dans des open space, à vivre avec un néon au dessus de la tête,

– Sentiment de percevoir des choses que les autres ne ressentent pas,

– De se sentir comme une éponge ( …)


Bref j’imagine que tout cela vous parle !


L’hypersensibilité n’a rien d’une tare ou d’une maladie.

C’est une caractéristique de votre identité, de votre personnalité.


Et j’ai eu envie de vous aider à l’honorer, la célébrer plutôt que la combattre !

Voici trois clés pour faire de votre hypersensibilité votre meilleure alliée !



Hypersensibilité, de quoi parle t-on ?


Une personne hypersensible vit ses émotions avec plus de profondeur que les autres et a souvent besoin de plus de temps pour les accueillir.

Non seulement elle réfléchit beaucoup, mais elle est aussi plus réactive que la moyenne aux événements de notre vie.

Souvent très empathique, il lui arrive de capter des subtilités que les autres ne perçoivent pas.

Aussi, sa réponse émotionnelle, positive ou négative dans une situation donnée peut être exagérée.

C’est ainsi que Mel Collins, psychothérapeute et auteure du Manuel de l’hypersensibilité, décrit l’hypersensibilité .



Piste n°1 : L’acceptation

Accepter son hypersensibilité, signifie d’abord de franchir le stade de la reconnaissance : je me reconnais hypersensible et je l’assume.


Cette acceptation va vous permettre de développer votre conscience émotionnelle.


C’est-à-dire de faire grandir la capacité que vous avez d’identifier les besoins cachés derrière les émotions qui en sont les principales messagères :

D’où me vient cette colère ?

Qu’est ce qui m’embarque tant dans cette tristesse ?

M’appartient elle ou vient-elle d’ailleurs ?


Piste N°2 : mettre en place un système de protections qui vous est propre


Pour toute personne hypersensible, il peut-être compliqué de vivre dans le monde professionnel.

Pour se protéger de la « caisse de résonnance » dans laquelle cela vous met, plusieurs pistes sont à expérimenter. Elles sont propres à chacun et certaines peuvent ne pas vous convenir du tout. Ainsi, la méditation de pleine conscience fonctionnera bien chez certains, chez d’autres pas du tout ! Et c’est ok avec ca ! Pas la peine de vous reprocher votre impuissance.

Ce qui me parait important c’est d’inscrire cette pratique que vous choisirez dans un quotidien et de tenter le moins possible d’y déroger ; la régularité de sa pratique renforcera votre niveau de protection, encore plus en situation de stress.

Voici une liste non exhaustive, à vous de trouver la vôtre et de l’inscrire dans votre routine bien-être.

• Pratique d’un sport, d’une activité artistique

• Cahier de créativité, journal exploration créative

• Mandala

• Prendre soin de votre sommeil, de votre alimentation

• Méditation, sophrologie , cohérence cardiaque

Se doucher après avoir eu des réunions ou des moments en groupe, pour vous libérer des énergies et des émotions reçues

• Prendre du temps seul

• Développer votre capacité à dire non


Piste n°3 : Vos pensées ne sont pas la réalité

Ce sont nos pensées qui créent nos émotions agréables ou désagréables.

Par exemple, je vais interpréter une parole, un silence d’une certaine façon. Et c’est cela qui au bout du compte me mettra en joie ou au contraire me plongera dans le doute. C’est donc bien ma pensée, mon interprétation qui en fera une émotion agréable ou pas, tandis que la réalité reste la même.

Garder cela en tête c’est faire la part des choses entre réalité et perception.

Se donner l’autorisation de vivre votre hypersensibilité comme un atout, c’est donc décider de mettre le focus sur ce qui vous importe dans votre vie, et ainsi reprendre le pouvoir sur votre vie


Au final, vous développez votre estime de vous et votre auto-bienveillance.

Si vous vous retrouvez dans ce que j’écris, que vous avez envie de faire de votre hypersensibilité votre meilleure alliée, j’aurai grand plaisir à vous offrir un temps d’échange en prenant rendez-vous sur mon agenda.

Nous verrons ensemble comment je peux vous aider.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *